Le problème, c'est que…

Nous le savons bien, la Terre se réchauffe, les taux de concentration de CO2 ne cessent d'augmenter, et nous sommes en train de vivre la sixième extinction de masse (l'anthropcène). Nous faisons face à deux problèmes majeurs aussi graves l'un que l'autre : l'effondrement de la biodiversité, et le dérèglement climatique, tous deux ayant des conséquences catastrophiques, pas seulement pour nous, l'espèce humaine, mais aussi pour tous les écosystèmes, et toutes les formes de vie sur la planète. Il ne fait plus aucun doute que ce sont les activités humaines qui ont provoqué ces dérèglements.

L'effondrement de la diversité & l'extinction de masse des espèces

plus d'un million d'espèces ont déjà disparu, et ceci est directement dû à nos modes de vie et pratiques extractivistes, ainsi qu' à notre surconsommation de ressources. E.O. Wilson , le ‘père de la biodiversité’ estime que 27000 espèces disparaissent chaque année, soit une toutes les 19 minutes, et même la consensuelle convention des Nations-Unies pour la biodiversité s'accorde à dire que ce sont 150 espèces qui s'éteignent chaque jour. Nos systèmes planétaires sont intrinsèquement liés, et constituent un ensemble. Quand une partie en est affectée, cela peut générer un effet domino, et avoir de graves conséquences pour l'ensemble. La déforestation altère la capacité naturelle de la planète à absorber du CO2, l'extraction de matières premières et l'agriculture intensive détruisent la Nature, des maladies et des espèces invasives se propagent en empruntant les axes commerciaux, et la surexploitation conduit beaucoup d'espèces à l'extinction.

Et comme nous continuons à détruire la Nature, les écosystèmes qui sont la base de la vie sur terre, nous risquons de voir se multiplier les pathologies transmises par des espèces sauvages, et de devoir faire face à de nombreuses pandémies comme celle du Covid.

Ces activités provoquent des pandémies en mettant davantage de personnes en contact conflituel avec les animaux, dont sont issus 70 % des maladies nouvelles... des souffrances humaines indicibles, et la paralysie des sociétés et de l'économie dans le monde entier. C'est l'homme qui génère ces pandémies, et le [Covid-19] n'est peut-être qu'un début.
- The Guardian

L'éradication de la biodiversité impacte aussi nos systèmes alimentaires, nos systèmes économiques, et notre résistance face aux phénomènes météorologiques extrêmes. Qu'il s'agisse de l'aspirine ou de traitements anti-cancer, plus de 50% des médicaments auxquels la médecine a actuellement recours proviennent de milieux naturels irremplaçables, et la science estime qu'il y en a de nombreux qui n'ont pas encore été découverts dans des régions dont la biodiversité est très riche, comme l'Amazonie, ou les forêts d'Asie orientale. En détruisant ces habitats naturels, nous sacrifions notre propre avenir.

Le dérèglement climatique & les taux de concentration de CO2

Les températures des quatre décennies ont été particulièrement élevées, et les 5 dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées. Le dérèglement climatique est une des conséquences les plus graves, engendrée par notre société industrielle. En 2018, un groupe d'éminents scientifiques, le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) a publié un rapport spécial, nous alertant sur les conséquences catastrophiques qui résulteraient d'une augmentation globale des températures au-delà d'1,5°C.

Une hausse de 1,5°C ne parait pas si énorme comme ça, mais lorsqu'il s'agit d'une hausse moyenne de la température de toute la planète, c'est absolument considérable. Si l'on dépasse ce seuil, les conséquences seront désastreuses à tous les niveaux : disparition des îles et bassins d'habitation côtiers du fait de la montée des eaux, vagues de chaleur mortelles, sécheresses, et pénuries d'eau et d'alimentation qui forceraient des populations entières à quitter leurs foyers. Il n'est pas difficile de comprendre, que nous faisons face à un sérieux problème, et qu'un réchauffement de plus de 1,5°C menacerait terriblement notre santé, l'environnement, nos vies quotidiennes, et le système de l'économie mondiale.

Nous savons que le taux de CO2 dans l'atmosphère a augmenté de manière astronomique, de 45% depuis la révolution industrielle, et ce essentiellement à cause de l'activité humaine : combustion d'énergies fossiles pour produire de l'électricité, déforestation massive privant la planète des puits de carbone qui lui sont vitaux pour y faire paître du bétail, et cultiver plus de terres, surproduction industrielle, et systèmes de transports entre autres.

Il nous faut tenter d'enrayer les deux à la fois, le dérèglement climatique et l'effondrement de la biodiversité, si nous voulons avoir une chance d'éviter le pire.


La possibilité du changement

Nous sommes au bord du gouffre. Nous pouvons choisir de prendre conscience de la réalité de la situation, ou de continuer à botter en touche, et de laisser le réchauffement planétaire impacter encore plus gravement toutes les formes de vie sur terre. L'effondrement de la biodiversité et un certain niveau de réchauffement sont déjà irreversibles, mais nous pouvons encore changer la donne.

Le rapport du GIEC stipule qu'il nous faudrait atteindre la neutralité carbone d'ici 2030 pour éviter un réchauffement au-delà de 1,5°C, ce qui impliquerait une réduction massive des émissions de CO2, et des changements drastiques dans la façon dont nous vivons, et interagissons avec la planète.

La mobilisation massive et rapide des citoyens ,et des gouvernements face au coronavirus, nous prouve à quel point nous pouvons changer les choses rapidement quand besoin est. Cette pandémie nous montre qu'une réponse proportionnelle au problème est non seulement nécessaire mais possible. Nous en avons l'exemple, nous avons vu que nous pouvions changer totalement nos pratiques et habitudes, nos systèmes économiques, si nécessaire. Il est maintenant temps de reconnaître les faits, de prendre pleinement conscience de la crise écologique et climatique, et d'agir de même, de minimiser nos besoins, et de nous adapter à l'avenir qui se profile déjà devant nous, de créer des systèmes résilients, de venir en aide aux plus vulnérables, de se tourner vers un système économie régénérateur et équitable, et de vivre dans la limite des ressources écologiques. Nous pouvons changer les systèmes qui nous ont conduits jusqu'ici, et nous n'avons pas d'autre alternative. Il nous faut restaurer notre relation à la Terre.


Qu'est-ce qui fait que XR est différent ?

Nous tentons de tracer une autre voie. Le monde dans lequel nous aspirons à vivre exige un environnement sain, créatif, résilient, et modulable. Nous avons des choix difficiles à faire, et jusqu'à aujourd'hui, gouvernements et institutions ne se sont toujours pas attelés à enrayer ces catastrophes, de façon à ce que nous puissions changer de trajectoire.

Les mesures prises par les gouvernements ne suffisent manifestement pas lorsque l'on saisit l'ampleur de ce à quoi nous sommes confrontés. Les accords de Paris sur le climat aurait dû exhorter les gouvernements à prendre ensemble des mesures radicales. Cela n'a pas été le cas. Nous considérons que nos institutions ne prennent pas cette crise au sérieux, et c'est pourquoi nous devons redonner le pouvoir aux citoyennes et citoyens, afin qu'ils prennent ces décisions ambitieuses et nécessaires, via la démocratie participative et les assemblées citoyennes.

XR va au-delà du politique. Nous ne soutenons pas de gouvernements, et ne sommes pas affiliés à des partis politiques.

C'est ce qui nous différencie, de par notre troisième revendication : "Nous exigeons de nos gouvernements qu’ils mettent en place une assemblée citoyenne qui soit dotée du pouvoir décisionnel en matière de justice écologique et sociale." Dans le monde entier, les assemblées citoyennes s'attaquent à des problèmes que les responsables politiques ne veulent pas ou craignent d'aborder. Elles sont conçues pour aider à façonner les solutions nécessaires, et à envisager comment nous allons ensemble adapter nos systèmes pour faire face à cette crise, et ce, dans les délais impartis par les scientifiques.

Une assemblée citoyenne rassemble des gens de tous les horizons pour s'informer, discuter et élaborer des recommandations sur un sujet donné. Les membres de l'assemblée sont tirés au sort, pour garantir qu'ils ne soient tributaires d'aucun parti politique ou enclins à des intérêts particuliers, et de façon à constituer un échantillon représentatif de la population. Cela signifie que tout un chacun peut s'identifier face à une assemblée citoyenne, et voir des gens qui lui ressemblent, vivent comme lui, et partagent ses préoccupations. Avec l'aide de facilitateurs expérimentés, ce groupe représentatif de citoyens ordinaires travaille, débat et délibère à partir des informations fournies par un large éventail d'experts et de parties prenantes.

Les assemblées citoyennes sont utilisées dans le monde entier pour aborder des problématiques importantes, que les responsables politiques ne veulent pas ou auxquelles ils ont tout simplement peur de toucher. Des assemblées citoyennes sur l'urgence écologique et climatique se tiennent actuellement en France, au Royaume-Uni et au Canada.


XR c'est vous

Notre mouvement est composé de toutes sortes de personnes aux profils variés, de cultures et orientations politiques diverses, de personnes comme vous, qui se fédèrent pour proposer une autre narration. Nous savons à quels types de crises nous sommes confrontés, et nous voulons un autre avenir. Cette lutte est entre nos mains, et nous devons toutes et tous nous y impliquer, prendre conscience de la réalité, et y faire face.

Enrayer la crise écologique et climatique n'est certes pas simple, l'espèce humaine ayant fini par ne considérer que les bénéfices à court terme plutôt que leurs conséquences à long terme. La crise écologique et climatique est l'ultime illustration de cette opposition. Elle s'insinue lentement, affectant certains plus que d'autres, mais finira par générer l'effondrement de nos systèmes, de notre fragile modèle économique mondial.

C'est pourquoi, en tant que rebelles, nous nous sommes réunis pour agir. Nous avons conscience de l'injustice, infligée non seulement aux plus vulnérables, mais aussi aux enfants à naître , du fait que près de la moitié des émissions mondiales sont produites par moins de 20 % de la population.

Pendant beaucoup trop longtemps nous avons priorisé le profit au détriment de la Nature, la croissance économique au détriment des populations. Il est temps de repenser nos systèmes, de changer d'objectifs, et de transitionner vers des environnements et des cultures régénératives. Un autre monde est possible. Nous constatons en ce moment que des économies, des systèmes entiers sont repensés. Les vieilles méthodes consistant à se fier uniquement à la croissance économique comme indicateur de la santé de la société ne sont plus d'actualité. Il est maintenant temps d'insuffler de nouveaux systèmes dans la reconstruction post-Covid. Des systèmes équitables, reposant sur nos fondations sociétales, dans les limites des ressources de la planète, conçus de manière à s'adapter à la résilience nécessaire pour juguler les symptômes de l'urgence écologique et climatique.


Désobéissance civile non-violente

Avec plus de 1145 groupes XR dans 73 pays, nous faisons déjà la différence. On attribue à XR la capacité d'avoir instigué des lois, d'avoir poussé les gouvernements à agir et d'avoir fait évoluer le débat public sur la crise écologique et climatique grâce à nos actions de protestation non violentes, impactantes, créatives, et artistiques dans le monde entier . Nous marchons dans les pas de nombreux prédécesseurs, depuis le mouvement d'indépendance de l'Inde, jusqu'au droit de vote des femmes, en passant par le mouvement des droits civiques et les révolutions du printemps arabe. L'Histoire nous a montré maintes fois, que l'action directe non-violente est une stratégie puissante et efficace pour faire avenir le changement. Nous ne pouvons pourtant rien garantir. Et en tant que rebelles, nous savons que la réalité de demain est l'affaire d'aujourd'hui, et qu'un monde dévasté par le dérèglement climatique et la perte de biodiversité, nous affectera toutes et tous très sévèrement.

Pourquoi se rebeller

Nous n'avons plus d'autre alternative. Nous nous rebellons contre les systèmes qui nous ont conduits jusque-là. Nous nous rebellons pour l'avenir que nous voulons. Nous nous rebellons car il est de notre devoir d'agir. Nous n'avons plus de temps à perdre. Rien n'est impossible - nous pouvons encore écrire l'histoire que nous voulons, et c'est ce que nous allons faire. En tant qu'individus nous pouvons faire la différence, tous ensemble. Collectivement, nous allons transformer le monde, créer un changement durable, et un avenir meilleur pour toutes et tous.

Cela avait toujours paru impossible, jusqu'à ce que ça ait été fait.
- Nelson Mandela