Lettre d'information #82 

Ni pipelines, ni prisons, ni génocide.

Friday, November 10, 2023 by Extinction Rebellion

Appalachians Against Pipelines (AAP) occupe le Mountain Valley Pipeline, un oléoduc qui, une fois achevé, acheminera du gaz vers une usine de l'entreprise britannique BAE Systems, qui fournit des armes à Israël.

Dans ce numéro : Oily Money Out ! | Atlanticazo Argentine | Blocage de l'A69 | Palestine

Cher rebelle,

Il y a cinq ans, plus de 1000 personnes se sont rassemblées devant le Parlement britannique à Londres pour une déclaration de rébellion. Il s'agissait de la toute première action publique d'Extinction Rebellion, et la déclaration se terminait sur ces mots : « Nous agissons en paix, avec l'amour féroce de ces terres dans nos cœurs. Nous agissons au nom de la vie. »

Le refus de la violence et l'amour de toute forme de vie font partie intégrante de notre mouvement depuis sa création. C'est pourquoi nous ne pouvons pas rester spectateurs du massacre généralisé des innocent᛫e᛫s vivant à Gaza, un massacre désormais si soutenu et aveugle que les hauts fonctionnaires de l'ONU le qualifient de véritable génocide.

Le gouvernement israélien affirme qu'il agit en situation de légitime défense après que les militants du Hamas aient eux-mêmes tué en masse des innocents. Mais un massacre de civils ne saurait justifier un massacre de civils encore plus important. Et une telle réponse ne fera qu'alimenter l'extrémisme et les conflits.

Les rebelles se rassemblent pour la toute première action de XR à Londres, le 31 octobre 2018.

Au lieu de cela, elle ressemble plutôt à l'état d'esprit brutal des anciennes puissances coloniales. Ces derniers ont également soumis les populations indigènes rebelles à la déshumanisation, à la dépossession et à la destruction, tout en exploitant les ressources de leurs terres et en contribuant à la catastrophe climatique que nous tentons aujourd'hui désespérément d'éviter.

Aujourd'hui, ces anciennes puissances coloniales, qui ont joué un rôle déterminant dans la création et le maintien de ce conflit prolongé et sanglant au Moyen-Orient, ont choisi d'approuver et même de renforcer ce massacre ; tout en criminalisant ceux qui protestent pacifiquement contre.

C'est pour toutes ces raisons, et plus encore, que notre mouvement doit s'unir pour demander un cessez-le-feu et faire pression sur nos gouvernements afin qu'ils adoptent des mesures diplomatiques qui garantissent la paix, la dignité et la justice pour tout᛫e᛫s celleux qui vivent sur ces terres, indépendamment de leur race ou de leur religion.

Un manifestant est arrêté après avoir brièvement réussi à pénétrer dans les « Oscars du pétrole » à Londres.

L'histoire de la Palestine et d'Israël et les liens entre ce conflit et la justice climatique sont explorés plus avant dans la rubrique À lire de ce mois-ci. Nous nous entretenons également avec une rebelle d'origine palestinienne dans Les humains de XR.

Dans les Temps forts, nous abordons le blocage des « Oscars du pétrole » à Londres, l'utilisation par la police française d'une telle quantité de gaz poivré lors d'une manifestation sur l'autoroute qu'elle a mis le feu à un champ, et une vague d'actions contre l'exploration sismique au large de la côte argentine.

Enfin, dans le Coin de la solidarité, nous vous présentons Defend Our Juries, un groupe qui s'oppose aux nouvelles restrictions scandaleuses imposées par les juges britanniques lors des procès des militant᛫e᛫s écologistes, y compris l'interdiction de toute mention du « changement climatique » au tribunal, et ce afin que les jurys les déclarent coupables.


Cette Newsletter est disponible en plusieurs langues. Utilisez l'icône du globe (en haut à droite) pour changer de langue.

S'abonner à cette Newsletter

Cette Newsletter vous est présentée par XR Global Support, un réseau mondial de rebelles qui aident notre mouvement à se développer. Nous avons besoin d'argent pour ce travail crucial.

Faites un don


Table des matières

  • Temps forts : Oily Money Out au Royaume-Uni, Atlanticazo en Argentine, Blocage de l'autoroute A69 en France
  • Action Round Up : Ouganda, RDC, Panama, Bangladesh, Maroc, Tanzanie, Finlande, USA, Afrique du Sud, Pays-Bas, Italie, Bolivie, Allemagne
  • Les humains de XR : Shireen, Royaume-Uni
  • À lire : Palestine et Israël
  • Coin de la solidarité : Defend Our Juries
  • Annonces : Regen 101, café climatique

Temps Forts de l'Action

Oily Money Out !

17 - 19 OCTOBRE | Londres, Royaume-Uni

Une alliance de manifestant᛫e᛫s, dont des rebelles, se sont rassemblé᛫e᛫s pour protester contre les « Oscars du pétrole ».

Les militant᛫e᛫s sont arrivés tôt le matin par petits groupes. Alors qu'iels s'approchaient de l'imposant hôtel, symbole de luxe situé à quelques pas du palais de Buckingham, certain᛫e᛫s se demandaient si le projet n'était pas trop ambitieux.

Mais iels se sont mis au travail malgré tout, bloquant chacune des entrées de l'hôtel. C'est là que se tenait l'Energy Intelligence Forum (Forum de l'intelligence énergétique), anciennement connu sous le nom de Oil & Money Conference (Conférence sur le pétrole et l'argent), et plus communément appelé les Oscars du pétrole : un sommet de trois jours au cours duquel les PDG des plus grandes compagnies pétrolières rencontrent les politiciens et décernent des récompenses.

Les délégué᛫e᛫s frustré᛫e᛫s tournaient autour du bâtiment, cherchant un moyen d'entrer, énervé᛫e᛫s par les chants des bloqueur᛫euse᛫s soudé᛫e᛫s. Il y avait environ 400 manifestant᛫e᛫s en tout, issu᛫e᛫s d'une alliance de groupes rassemblés par Fossil Free London. Les rebelles étaient venu᛫e᛫s de tout le Royaume-Uni, de toute l'Europe et même d'aussi loin que l'Ouganda et le Mexique.

Un militant ougandais de Stop EACOP s'exprime devant la Standard Bank.

Les délégué᛫e᛫s ont fini par abandonner, et le PDG de Shell a dû prononcer son discours d'introduction sur Zoom. Après une série de menaces, la police a finalement arrêté 27 manifestant᛫e᛫s, dont une certaine icône suédoise. Tout᛫e᛫s les manifestants᛫e᛫, à une exception près, ont été inculpé᛫e᛫s.

Environ 70 d'entre elleux sont revenu᛫e᛫s le lendemain pour une manifestation bruyante destinée à interrompre le discours du PDG d'Equinor, l'entreprise norvégienne s'apprête à forer le champ pétrolier de Rosebank, un projet britannique qui vient d'être approuvé. La police a mis en place des barrières pour garantir l'accès, mais cela a obligé les délégué᛫e᛫s à marcher le long des manifestant᛫e᛫s qui les ont accueillis longuement et bruyamment, les rebelles ont été rejoint᛫e᛫s par la suite par un groupe de percussionnistes de XR.

Les autres ont rejoint Money Rebellion, Coal Action Network et un groupe de samba pour une tournée du quartier financier de Londres, qui a commencé par un rassemblement devant la Standard Bank pour protester contre sa participation au financement de l'EACOP, un oléoduc écocide qui traversera l'Afrique de l'Est. La tournée s'est terminée par l'occupation de trois bâtiments abritant au total dix compagnies d'assurance.

Les rebelles occupent un gratte-ciel abritant 8 compagnies d'assurance affiliées aux énergies fossiles.

Les rebelles ont scandé et brandi des banderoles dans les vestibules, exigeant que les compagnies renoncent à assurer à la fois EACOP et la mine de charbon de West Cumbria, récemment autorisée. Un groupe de rebelles a même organisé un pique-nique. La police n'est pas intervenue et, au bout de cinq heures, les manifestant᛫e᛫s ont mis fin à leur occupation.

Le dernier jour de la conférence, soixante professionnel᛫le᛫s de la santé se sont joint᛫e᛫s à l'action, organisant un « die-in » et une « enquête sur le climat » sur la route menant à l'hôtel et condamnant ainsi les délégué᛫e᛫s, présent᛫e᛫s à l'intérieur, pour leur complicité dans ce désastre humanitaire. Fossil Free London, quant à cela, a marché jusqu'aux sièges de Barclays et de J.P. Morgan, des banques connues pour leur grotesque et colossal financement des combustibles fossiles dans le monde entier.

Cette campagne a montré de quelle manière la crise climatique est exacerbée par le réseau des banques, des assureurs et des grandes sociétés pétrolières, mais a également favorisé l'émergence d'un sentiment de solidarité entre les différents groupes écologistes. Les procès des personnes arrêtées commenceront la semaine prochaine.

Suivez Fossil Free London sur Instagram.


L'Atlanticazo se soulève !

4 OCTOBRE | Argentine

Les rebelles reproduisent les bruits d'un pétrolier devant le bureau municipal de Mar Del Plata.

Imaginez que vous soyez un concombre de mer, un corail ou toute autre espèce de faune marine. Que vous nagiez, que vous vous attachiez à un rocher ou que vous vous traîniez au fond de l'océan, la dernière chose que vous souhaitez, c'est qu'une bombe à air comprimé explose toutes les six secondes.

C'est ce qu'il se passe avec l'exploration sismique. Les explosions sont utilisées pour cartographier les formations rocheuses sous le plancher océanique afin de trouver les meilleurs endroits pour les forages pétroliers. Un navire a récemment quitté le Ghana pour la côte argentine afin de commencer l'exploration sismique de l'océan Atlantique Sud, pour le profit du trio noir des compagnies pétrolières : Equinor, Shell et YPF, qui appartient en partie à l'État argentin. Un puits de pétrole exploratoire en eau profonde sera également foré en janvier.

Elle a déclenché un autre "Atlanticazo" : une vague de protestation d'une alliance d'activistes opposés à l'exploitation des océans par les compagnies pétrolières. Les actions comprenaient la perturbation des bureaux d'YPF, l'invasion d'une conférence sur les combustibles fossiles et une performance spéciale devant un bâtiment municipal, réalisée à l'aide d'instruments en tuyau fabriqués à la main pour reproduire les bruits des pétroliers. Les rebelles de l'Équateur, du Mexique, de la Norvège et des Pays-Bas, entre autres, ont fait preuve de solidarité internationale.

Un rassemblement de l'Atlanticazo à Misiones, en Argentine (en haut à gauche) et des actions de solidarité en Équateur, en Colombie et aux Pays-Bas (dans le sens des aiguilles d'une montre).

Le gouvernement argentin a voulu pour la première fois approuver l'exploration pétrolière en mer en décembre 2021, mais a déclenché les plus grandes manifestations que la ville côtière de Mar del Plata ait jamais connues. Le mouvement s'est propagé le long de la côte et dans le monde entier, baptisé Atlanticazo en hommage au "Chubutazo" : une campagne épique au cours de laquelle les habitants de la province de Chubut ont résisté avec succès à un mégaprojet minier.

Le gouvernement affirme que les plates-formes pétrolières offshore apporteront les devises étrangères dont le pays a tant besoin pour rembourser ses énormes dettes internationales, mais les manifestants affirment que l'extractivisme des entreprises est à l'origine de l'appauvrissement du pays et qu'il ne fera qu'aggraver la situation.


La police met le feu aux poudres lors du blocage d'une autoroute

21 - 22 OCTOBRE | Toulouse, France

Un manifestant à genoux devant la police anti-émeute lors d'une manifestation contre la construction d'une autoroute.

Plus de 10 000 personnes venues de toute la France ont protesté contre la construction d'une nouvelle autoroute inutile et néfaste pour l'environnement. Les travaux préparatoires sont déjà en cours sur l'A69, qui vise à relier Toulouse à la ville tranquille de Castres, à 70 km de là, alors qu'une route nationale relie déjà les deux localités.

Un groupe nommé La voie est libre s'est formé en 2022 pour tenter d'arrêter la construction et de sauver environ 200 arbres (certains vieux de plusieurs centaines d'années), des réserves naturelles, des maisons qui ont abrité des familles pendant des générations et l'équivalent d'au moins 500 terrains de football, dont une grande partie est suffisamment fertile pour produire des denrées alimentaires.

XR Toulouse a rejoint La voie est libre il y a un an, dans le but de partager des tactiques de désobéissance civile et de soutenir leur lutte. Après avoir organisé de nombreuses actions de moindre envergure, les deux groupes ont collaboré à l'organisation d'une manifestation réunissant 8 000 personnes pour protester contre la construction de l'A69 en avril. Cette dernière résistance, après trois mois de préparation, a vu une participation encore plus importante.

Des milliers de personnes se joignent à la marche contre l'A69 dans la campagne du sud-ouest de la France.

Des milliers de personnes, jeunes et âgées, citadines et rurales, se sont rassemblées pour marcher, faire du vélo et conduire des tracteurs le long de l'itinéraire existant, en passant par des terres agricoles ouvertes et des villages tranquilles avant de se rassembler dans un champ où les organisateurs ont fourni de la nourriture, des chapiteaux, des animations pour les enfants et bien plus encore. Certain᛫e᛫s manifestant᛫e᛫s ont érigé une barricade sur le parcours de la marche.

Le lendemain, un groupe de militant᛫e᛫s a tenté d'installer une ZAD (Zone à défendre) dans une maison vide sur l'un des sites de construction, mais en a été chassé par la police anti-émeute qui a brandi des matraques et lancé des gaz lacrymogènes. La violence s'est propagée dans un champ voisin où des manifestant᛫e᛫s, dont certain᛫e᛫s avaient des enfants, campaient (avec autorisation) et attendaient avec impatience une conférence donnée par des scientifiques climatologues de renom. La police a lancé une telle quantité de gaz lacrymogène que le champ, desséché par la canicule de l'été européen, a pris feu.

La police charge les manifestant᛫e᛫s et déverse de grandes quantités de gaz lacrymogène.

L'A69 a été envisagée pour la première fois il y a trente ans par une société pharmaceutique et cosmétique, et leur lobbying inlassable a finalement persuadé le gouvernement français de faire avancer le projet en 2006. L'accès à la route devrait coûter 20 euros aux automobilistes, ce qui la rendrait inabordable pour la majorité des habitant᛫e᛫s à faibles revenus.

Au moins neuf personnes ont été arrêtées et attendent d'être jugées, et de nombreuses personnes ont été blessées par la police. Pendant ce temps, le ministre français de l'Intérieur cherche à faire adopter des lois toujours plus répressives à l'encontre des défenseur᛫euse᛫s du climat et des manifestations en général, comme en témoigne son récent effort pour interdire toutes les manifestations pro-palestiniennes à travers le pays.

L'alliance des activistes ayant participé au blocus prend le temps de se rétablir et de planifier les prochaines actions. Elle envisage de transformer l'A69 en autoroute cyclable, avec des projets de régénération le long de la route, comme un centre d'enseignement de l'écoconstruction. Malgré l'intensification de la violence de l'État et de la police, ces citoyen᛫ne᛫s sont déterminé᛫e᛫s à ne pas abandonner.

Suivez XR Toulouse sur Instagram et Twitter.


Tour d'Horizon des Actions

6 OCTOBRE | Kampala, Ouganda : Des militant᛫e᛫s du Justice Movement Uganda ont été aspergé᛫e᛫s par la police de gaz au poivre lors d'une manifestation pacifique contre l'EACOP devant le siège de TotalEnergies. Trois semaines plus tard, deux manifestant᛫e᛫s pacifiques de Stop EACOP ont été arrêté᛫e᛫s et emprisonné᛫e᛫s toute une nuit. Un fonctionnaire de l'ONU a déclaré que la répression des manifestations pacifiques en Ouganda était "très inquiétante".

11 OCTOBRE | Isangi, RDC : Un nouveau groupe rebelle est né grâce à la campagne "Pétrole Non Merci" de l'Université XR de Goma. La ville d'Isangi est située dans une région réputée pour ses abondantes tourbières, des terres qui ont été réservées à l'exploitation pétrolière par le gouvernement congolais. La population locale a formé XR Isangi pour protéger ses terres de l'extraction et de la destruction par les compagnies pétrolières internationales.

12 OCTOBRE | Autour du monde : Des milliers de personnes à travers le monde, y compris des rebelles et des militant᛫e᛫s de Debt 4 Climate, se sont mobilisées pour exiger l'annulation de la dette qui paralyse les pays du Sud. Cette journée d'action mondiale, qui a coïncidé avec une réunion de la Banque mondiale et du FMI à Marrakech, au Maroc, a donné lieu à des mobilisations en Europe, en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique. Un contre-sommet s'est également tenu à Marrakech, auquel a participé une coalition d'activistes. Les dettes des pays du Sud sont minimes par rapport aux réparations climatiques estimées à 7 900 milliards de dollars que les pays du Nord doivent à la région. Photos (dans le sens des aiguilles d'une montre, en partant du haut à gauche) : Panama, Bangladesh, Maroc, Tanzanie.

9 - 15 OCTOBRE | Helsinki, Finlande : XR Elokapina lance sa rébellion forestière, une semaine de marches lentes pour mettre en lumière les politiques environnementales d'exploitation et d'écocide de leur gouvernement. L'une des principales revendications est l'arrêt de l'abattage d'une forêt vieille de 400 ans située à proximité de la capitale.

16 OCTOBRE | Appalachie, USA : Des dizaines d'activistes de l'AAP, dont des Amérindien᛫ne᛫s, ont investi deux sites de construction de l'oléoduc Mountain Valley Pipeline (MVP). Des banderoles et des brassards soulignent le lien entre le gazoduc et le génocide à Gaza. Le MVP doit acheminer du gaz jusqu'à une usine de BAE Systems qui fournit du phosphore blanc et d'autres armes à Israël. La construction a été interrompue pour la journée et cinq militant᛫e᛫s arrêté᛫e᛫s ont passé la nuit en prison.

17 OCTOBRE | Cape Town, Afrique du Sud : Les rebelles ont été rejoint᛫e᛫s par des bus remplis de manifestant᛫e᛫s pro-pétrole/gaz lors de la journée d'ouverture de la Semaine africaine de l'énergie, une conférence axée sur l'expansion des combustibles fossiles et l'écoblanchiment plutôt que sur les énergies renouvelables propres et bon marché. Il est apparu que les manifestant᛫e᛫s pro-pétrole/gaz en question ont été payé᛫e᛫s pour venir, et lorsqu'iels ont pris connaissance de l'impact réel des combustibles fossiles, nombre d'entre elleux se sont excusé᛫e᛫s d'être du "mauvais côté" et ont demandé à rejoindre la protestation des rebelles.

23 OCTOBRE | La Haye, Pays-Bas : Les rebelles du groupe d'action "Justice Now !" se sont rassemblé᛫e᛫s devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, en solidarité avec le peuple palestinien et pour condamner les crimes de guerre perpétrés par l'État israélien.

23 OCTOBRE | Rome, Italie : 100 rebelles déguisé᛫e᛫s en Pinocchio ont bloqué le ministère de l'Infrastructure et des Transports. Certain᛫e᛫s se sont enchaîné᛫e᛫s à l'entrée, d'autres se sont accroché᛫e᛫s les un᛫e᛫s aux autres, d'autres encore ont escaladé des poteaux devant le bâtiment ; tout cela pour dénoncer le négationnisme climatique de leur gouvernement. 40 rebelles ont été traîné᛫e᛫s jusqu'à un poste de police voisin et détenu᛫e᛫s pendant plus de huit heures. 5 ont été expulsé᛫e᛫s de Rome pour une durée pouvant atteindre deux ans.

25 - 26 OCTOBRE | Washington DC, USA : Des rebelles et des militant᛫e᛫s écologistes venu᛫e᛫s de tous les États-Unis se sont retrouvé᛫e᛫s devant un hôtel de luxe pour faire face aux dirigeant᛫e᛫s de l'industrie et aux représentant᛫e᛫s du gouvernement participant au Forum nord-américain sur le gaz. Les activistes ont bloqué la voiture d'un haut fonctionnaire qui tentait de quitter la conférence, ont été délogé᛫e᛫s par la police, puis l'ont bloqué à nouveau alors qu'il atteignait une rue voisine. Le lendemain, les rebelles ont interrompu dans la capitale la construction d'un gazoduc dont le coût s'élève à 4,5 milliards de dollars.

26 OCTOBRE | La Paz et Santa Cruz, Bolivie : Les rebelles se sont réuni᛫e᛫s devant les ministères pour réclamer des mesures contre la vague de feux de forêt qui balaie le pays. Iels réclament des sanctions à l'encontre des responsables, des modifications de la législation et la déclaration de l'état d'urgence. XR Bolivie promet d'autres actions si ces demandes ne sont pas satisfaites.

28 OCTOBRE | Berlin, Allemagne : Malgré l'annulation de l'action de XR Allemagne quelques jours plus tôt en raison de la « situation politique mondiale tendue », un millier de manifestant᛫e᛫s, dont des rebelles, des activistes de Scientist Rebellion et de Last Generation, ainsi qu'une délégation de XR Pays-Bas, ont tout de même bloqué une grande rue pour faire cesser les subventions en faveur des combustibles fossiles. L'action a été inspirée par le succès d'une campagne similaire aux Pays-Bas. Certain᛫e᛫s militant᛫e᛫s se sont collé᛫e᛫s au macadam. La police a recouru à la force et les a traîné᛫e᛫s au loin.

28 OCTOBRE | Melbourne, Sydney et Perth, Australie : Les rebelles et les activistes de Disrupt Burrup Hub ont manifesté devant plusieurs studios de l'ABC après que le diffuseur ait accepté de transmettre à la police des images confidentielles d'activistes écologistes. Une équipe de l'ABC a été intégrée à Disrupt Burrup Hub lors de l'organisation d'une manifestation en opposition à un énorme projet gazier implanté en territoire aborigène sacré. L'opération a été baptisée A chilling breach of trust (« Un abus de confiance qui fait froid dans le dos »).


Les humains de XR

Shireen, Royaume-Uni

Je m'appelle Shireen. Je suis de culture palestinienne, libanaise et syrienne, je suis née et j'ai grandi aux États-Unis, et je vis aujourd'hui à Londres. J'ai été une activiste toute ma vie ; depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours su qu'il fallait s'élever contre l'oppression, car les enjeux sont trop importants pour ne pas le faire.

Ayant grandi au sein de la diaspora, j'ai rapidement compris que nous avions perdu notre maison et notre pays. On en parlait constamment. Nous avons protesté, donné de l'argent à des organisations caritatives et boycotté. J'ai vu mes parents et ma famille se lever, alors je me suis levée. J'ai également été marquée par l'influence des Quakers dans ma vie, que ce soit du côté de ma mère ou dans le cadre de ma scolarité.

Être un᛫e jeune Arabo-Américain᛫ne dans les années 80 et 90, c'était l'impression d'être constamment attaqué par les médias, tant ils étaient tendancieux et inexacts à propos de tout ce qui concernait les Palestinien᛫ne᛫s. La société, à cette époque, était souvent ignorante et raciste à l'égard des Arabes. Je me sentais étouffée si je ne m'exprimais pas. J'ai trouvé des exutoires dans la protestation, en me rendant présente et en disant "Je ne soutiens pas cela" ; en étant capable d'affirmer notre histoire dans un environnement qui l'excluait délibérément.

À l'école et à l'université, j'ai rédigé des articles sur la réalité palestinienne sous l'occupation israélienne et je me suis engagée dans l'association Students for a Free Palestine (prémices de SJP). Nous avons organisé des discussions, des die-ins, reproduit des checkpoints... Nous avons travaillé dur pour intégrer des perspectives palestiniennes dans ce qui était un environnement très hostile. Après l'université, j'ai commencé à travailler dans le domaine de la santé publique, en me concentrant sur les droits de l'homme pour les communautés marginalisées dans la région SWANA, et en particulier les Palestinien᛫ne᛫s.

J'ai toujours su que la planète était en danger, mais je n'ai jamais vraiment vu le rapport jusqu'à ce que mon mari me pousse à sortir la tête du sable. Je l'ai fait et j'ai paniqué. Puis je me suis engagée. Comme pour mon activisme en faveur de la Palestine, le fait d'agir contre l'urgence climatique et écologique est bénéfique pour ma santé mentale. Je ne pouvais pas rester sur la touche à laisser le mal se produire, sans rien faire.

Au fur et à mesure que j'en découvrais sur la crise climatique, j'ai appris qu'il s'agissait également d'une question de justice liée au colonialisme. Cela ne fait pas les gros titres lorsqu'il s'agit de l'urgence climatique et écologique, mais ce sont les racines de cette tragédie. Il m'a fallu beaucoup de temps et de travail pour faire ces liens, mais il n'y a pas d'avenir sans justice climatique dans une optique anticoloniale.

Aujourd'hui, j'essaie de contrôler ma réaction viscérale aux attaques génocidaires de l'État israélien contre les Palestinien᛫ne᛫s de Gaza. C'est à la fois paralysant et galvanisant. Je consacre l'essentiel de mon énergie à faire entendre les voix de Gaza et à aider mes ami᛫e᛫s à avoir une vision plus large de ce qui se passe. Et bien sûr, je participe à des marches.

Lorsque j'ai un peu de temps libre, je suis très impliquée sur le blog XR Global. Nous publions des articles pour aider à partager le point de vue de XR sur les sujets liés au climat, en essayant de faire entendre les voix du Sud. Je suis aussi active au sein de XR Wordsmiths, qui vient de terminer un magnifique projet : Solarpunk writing, et je suis membre de XR Lewisham.

Je suis motivée par la vision d'un monde meilleur pour mes enfants et tous les enfants de la Terre. Nous le leur devons. Nous nous tenons sur les épaules de géants, de Harriet Tubman à Edward Said, et nous devons perpétuer leur héritage de courage et de clarté morale remarquables. Les empires tombent, le monde change constamment, et c'est aussi ce qui me motive.

Ce que j'aime dans le militantisme, c'est le lien avec les autres et le fait d'être entourée d'amour. L'activisme vient d'un sentiment d'amour, et on le ressent. J'aime voir les gens changer sur le plan personnel ; qu'il s'agisse de leurs actions ou de leurs perspectives politiques, voir l'impact que l'on peut avoir est réconfortant.

Le problème, c'est que le changement ne se produit pas assez rapidement et qu'il y a tellement de batailles à mener que cela peut sembler épuisant et accablant. Il peut être difficile de trouver un équilibre entre le militantisme et ma volonté d'être présente pour ma famille.

Un concept est au cœur de la lutte palestinienne : le « sumoud », la constance. Je regarde notre histoire de résistance et je suis tellement inspirée par cette lutte infatigable que les Palestinien᛫ne᛫s mènent en elleux. Nous avons été occupé᛫e᛫s, dépossédé᛫e᛫s, emmuré᛫e᛫s, déporté᛫e᛫s, affamé᛫e᛫s, sans abri, blâmé᛫e᛫s, torturé᛫e᛫s, expulsé᛫e᛫s, soumis᛫es aux blocus, calomnié᛫e᛫s, emprisonné᛫e᛫s, bombardé᛫e᛫s, et nous sommes actuellement victimes d'un génocide, et pourtant les Palestinien᛫ne᛫s répondent : « Nous ne quitterons pas notre terre. »

Ce genre de bravoure est une incitation à agir pour tout le monde. Les enjeux sont trop grands pour ne rien faire, aussi au sujet de la Palestine que de la préservation de notre planète. S’il y a un message que j’aimerais partager avec la communauté mondiale de XR, c’est « sumoud » : continuez.

Si vous connaissez (ou êtes) un᛫e rebelle quelque part dans le monde qui a une histoire à raconter, contactez-nous à xr-newsletter@protonmail.com


Lectures incontournables

XR Peace prépare des bannières pour le Big One à Londres, au Royaume-Uni, courant avril de cette année.

Ce mois-ci, À lire est dédié au conflit israélo-palestinien : son histoire, sa réalité actuelle, et comment cela est en lien avec notre propre lutte en faveur de la justice climatique et la préservation de toute forme de vie.

Article : Qu'est-ce que le conflit israélo-palestinien ?
Ce guide très simple d'Al Jazeera explique l'un des conflits les plus anciens au monde, en abordant des moments clefs comme la Déclaration Balfour, la révolte arabe, le plan de partage de l'ONU, la Nakba (« Catastrophe »), la guerre des six jours, les accords d'Oslo après la première Intifada (« Révolte ») et le blocus de Gaza après la deuxième Intifada.

Vidéo : Ta-Nehisi Coates à propos de la Palestine (27 minutes)
Auteur et journaliste, Ta-Nehisi Coates parle à Democracy Now de son récent voyage dans la région, du choc qu'il a ressenti en voyant à quel point elle ressemblait à l'Amérique ségrégationniste à laquelle Martin Luther King Jr. s'était opposé, et de son engagement en faveur d'une résistance pacifique au régime d'apartheid israélien.

Article : Tout le monde veut le gaz de Gaza
Les réserves de pétrole et de gaz situées au large de la côte méditerranéenne sont évaluées à 500 milliards de dollars. Selon les Nations unies, Israël n'est pas seul à y avoir légalement droit. Une portion se trouve en Palestine, et une grande partie au-delà des frontières nationales, ce qui implique qu'elles doivent être partagées entre les deux entités. L'invasion israélienne de Gaza en 2008 a illégalement placé les champs gaziers palestiniens sous le contrôle exclusif d'Israël. Les Nations unies estiment à plusieurs milliards de dollars les pertes subies par le peuple palestinien.

Article : La politique économique de l'apartheid israélien et le spectre du génocide
Rédigée en 2014, cette analyse établit un lien entre les opinions de plus en plus génocidaires de l'État israélien à l'égard des Palestinien᛫ne᛫s et l'évolution de l'économie israélienne : à savoir un secteur hi-tech-militaire-sécuritaire en plein essor nécessitant des terrains d'entraînement et une main-d'œuvre bon marché provenant de l'hémisphère Sud, rendant les travailleurs palestiniens de plus en plus nombreux et excédentaires par rapport à la demande. L'auteur s'inquiétait de la possibilité d'un génocide. Il s'est malheureusement avéré terriblement prémonitoire.

Article : Le "désert" était déjà en train de fleurir
Une étude des liens entre le colonialisme et la dégradation du climat dont sont victimes les Palestinien᛫ne᛫s, et de la manière dont la justice climatique est synonyme de liberté pour tout᛫e᛫s. Comprend des infographies réalisées par Visualising Palestine.

Article : L'apartheid environnemental d'Israël en Palestine
Un aperçu de la façon dont Israël a exploité l'environnement en Palestine/Israël, a dépossédé les Palestinien᛫ne᛫s de leurs ressources naturelles tout en leur infligeant la pollution de leur exploitation, et a dissimulé la nature écocide de ses actions.


Coin de la solidarité : Defend Our Juries

Un médecin fait respecter la loi à la cour du Crown Inner London.

Au Royaume-Uni, les membres du jury ont le droit absolu d'acquitter un᛫e accusé᛫e selon leur conscience. Mais il semble que ce droit, qui existe depuis le XVIIe siècle, soit désormais considéré comme une menace par le pouvoir britannique à la suite d'une série d'acquittements par le jury, dans lesquels des militant᛫e᛫s ont été innocenté᛫e᛫s alors qu'iels n'avaient « aucune défense juridique. »

En réponse, les juges ont commencé à restreindre ce que les accusé᛫e᛫s sont autorisé᛫e᛫s à dire devant le jury, envoyant ainsi en prison des personnes ayant simplement mentionné le « changement climatique » ou la « pauvreté énergétique » parmi leurs motivations. Comme l'a dit un ancien avocat du gouvernement, « que signifie le droit à un procès équitable si vous ne pouvez pas parler et expliquer pourquoi vous avez fait ce que vous avez fait ? »

En mars, une assistante sociale à la retraite a brandi à l'extérieur du tribunal une pancarte rappelant le droit des jurés à décider en leur âme et conscience, et a rapidement été arrêtée. Ironiquement, elle a été envoyée à l'Old Bailey, un tribunal pénal de Londres, où une plaque portant le même message est fièrement exposée.

Des personnes s'assoient devant l'Old Bailey, affichant le même message que celui figurant sur une plaque à l'intérieur.

Le choc de cette arrestation s'est répandu au-delà des sphères militantes habituelles, des personnes de tous horizons ont protesté contre la corruption croissante du système judiciaire. Les manifestations et les pancartes se sont multipliées, et 40 personnes, dont un prêtre et un athlète olympique, ont écrit au gouvernement pour lui demander de les « poursuivre eux aussi. »

Peu après, Defend our Juries a vu le jour, une initiative visant à protéger les droits des juré᛫e᛫s et des accusé᛫e᛫s contre les tentatives croissantes du gouvernement de les compromettre. En septembre, la campagne a organisé sa première journée nationale, qui a rassemblé 252 personnes auprès de 25 cours d'assises à travers le pays.

Un᛫e porte-parole a décrit le mouvement comme hautement intersectionnel : Extinction Rebellion, Palestine Action, Quakers, Insulate Britain et Just Stop Oil siégeant aux côtés d'ancien᛫ne᛫s policier᛫ère᛫s et avocat᛫e᛫s.

Ce sont ces derniers qui sont les plus touchés par cette affaire, a poursuivi le porte-parole ; des procès équitables devant un jury permettent d'éviter les abus de pouvoir de la part des tribunaux, de la police et, en fin de compte, du gouvernement. Cela concerne le pays tout entier.

Defend our Juries organise une journée d'action nationale le 4 décembre. Incrivez-vous ici.


Annonces

GS Regen : atelier Regen 101

31 OCTOBRE | 23h00 UTC | En ligne

GS Regen organise chaque mois des cafés climatiques gratuits pour les rebelles. L'atelier est une belle introduction aux cultures régénératrices pour les personnes qui découvrent XR, et une expérience essentielle pour celles qui sont déjà impliquées dans le mouvement.

Regen 101 est une formation empirique, pratique et éducative, qui s'articule autour de différents thèmes : émotions terrestres, soins personnels, épuisement professionnel et bilan émotionnel... de manière à ce que le groupe reparte avec une bonne compréhension de l'activisme régénératif.

Nous nous efforçons de concentrer l'atelier Regen101 sur les systèmes de soins, l'écoute profonde, la décolonisation, l'inclusion et l'accueil respectueux de nouvelles perspectives.

Le premier atelier Regen 101 s'est tenu en août 2019 à Sydney, et le Livret Regen 101 a été élaboré pendant les incendies de l'été caniculaire qui a suivi. Il s'agit d'une lettre d'amour aux trois milliards d'animaux disparus.

Inscrivez-vous ici pour l'atelier Regen 101 du mardi 5 décembre, à 23h00 UTC. Les ateliers pour 2024 seront annoncés sur Événements XR Global Support.

Si vous souhaitez organiser un atelier Regen 101 pour votre organisation, contactez regen@organise.earth


GS Regen : café climatique

25 OCTOBRE | 07h - 08h30 UTC | En ligne

GS Regen organise chaque mois des cafés climatiques gratuits pour les rebelles. Un café climatique est un espace informel, ouvert, respectueux et confidentiel pour partager en toute sécurité des pensées, des sentiments et des réponses émotionnelles à l'urgence climatique et écologique.

Rejoignez les animatrices Christie, Cerrie et Sam pour une expérience de calme, de réflexion et de soutien qui n'a pas pour but d'amener les participants à une conclusion ou à une action particulière.

Inscrivez-vous ici pour le café climatique du mercredi 29 novembre 2023, de 7h à 8h30 UTC.

Pour plus de formations et d'évènements internationaux, faites un tour dans la section Événements de XR Global Support.


Merci

16 OCTOBRE | Dimitrovgrad, Bulgarie : Des militant᛫e᛫s de Greenpeace de Bulgarie, d'Autriche, de Croatie, de Tchéquie, de Grèce, de Hongrie, de Pologne et de Roumanie s'associent pour peindre le mot "CRIME" sur la tour de refroidissement d'une centrale électrique à charbon polluante.

Merci d'avoir lu, rebelle. Si vous avez des questions ou des commentaires, n'hésitez pas à nous en faire part. Prenez contact avec nous à l'adresse suivante : xr-newsletter@protonmail.com.


Cette newsletter vous est présentée par XR Global Support, un réseau mondial de rebelles qui aident notre mouvement à se développer. Nous avons besoin d'argent pour ce travail crucial.

Faites un don


À propos de la rébellion

extinction rebellion est un mouvement international, décentralisé, autonome, et apartisan, ayant recours à l’action directe non-violente pour faire pression sur les gouvernements, afin qu’ils prennent enfin les mesures radicales nécessaires pour faire face à l’urgence écologique et climatique. Notre mouvement est composé de toutes sortes de personnes aux profils variés, qui participent selon leurs capacités et disponibilités. Il y a des chances pour qu'il y ait un groupe local près de chez vous, qui serait ravi que vous vous fassiez connaître ! S'impliquer …ou vous pouvez aussi faire un don.