Infolettre XR Global #76

Suffisamment grand ?

Friday, May 12, 2023 by Extinction Rebellion

Les rebelles défilent à Londres et appellent à la fin des combustibles fossiles lors du "The Big One".

Ce numéro : XR UK's The Big One | Amérique du Sud Earth Day | US Bank Takeover |

Cher rebelle,

Au début de cette année, XR UK a annoncé qu'elle renonçait (temporairement) à perturber la vie publique. Au lieu de cela, ils donneraient la priorité à la participation du public, en allant au-delà de leur propre mouvement pour construire une manifestation de masse où les arrestations étaient peu probables et où le volume même de la manifestation forcerait le gouvernement à négocier.

La manifestation gagnerait le soutien (et les partisans) d'autres groupes écologiques, de syndicats, d'organisations communautaires et d'associations caritatives. Il s'agirait de la rébellion la plus inclusive et la plus accessible jamais organisée. Ce serait "The Big One".

Dernière Génération : les entreprises écocidaires sont éclaboussées par du faux pétrole pendant la Rébellion de Berlin.

Pour savoir si ce changement tactique audacieux a porté ses fruits, rendez-vous sur Gros plan sur des actions. Vous y trouverez également des informations sur les rébellions dans deux autres villes : les rebelles bloquent les banques de New York et dénigrent les criminels climatiques de Berlin.

Nous faisons également état d'une vague d'actions inspirantes pour la Journée de la Terre en Amérique du Sud, avec 23 groupes XR qui se sont constitués sur tout le continent. Les rebelles ont organisé des danses aériennes en Colombie, une catastrophe nucléaire au Brésil et se sont rassemblés contre les lois minières devant le parlement chilien. Pour en savoir plus, consultez les Gros plan sur des actions.

Un spectacle de danse à Bogota, en Colombie, dans le cadre de la campagne "La Terre en rébellion".

Que XR UK choisisse de poursuivre son expérience de l'obéissance civile ou de revenir aux tactiques perturbatrices qui l'ont définie, l'étonnante alliance militante qui a soutenu The Big One doit être célébrée.

Le système qui pollue sans relâche notre ciel, exploite les travailleurs, attise les guerres et pille le Sud pour le profit est un seul et même système, et plus tôt nous nous unirons, plus tôt notre ennemi commun sera vaincu.

Le seul point positif d'un système aussi injuste est qu'il enrichit le terreau de l'activisme. De nouvelles organisations de base voient le jour chaque jour, chacune avec son propre objectif et ses propres tactiques. Nous devons continuer à relier nos racines, à croiser nos idées et nos actions.

Ce n'est que par l'expérimentation organique et la collaboration entre militants que la feuille de route vers une planète durable sera tracée. Et nous devons la tracer. Des millions de personnes meurent en ce moment même en son absence, et des milliards d'autres mourront s'il n'est pas trouvé.


S'abonner à cette Newsletter

La lettre d'information de XR Global vous est présentée par XR Global Support, un réseau mondial de rebelles qui aident notre mouvement à se développer. Nous avons besoin d'argent pour poursuivre ce travail crucial.

Donnez selon vos moyens


Table des matières

  • Gros plan sur des actions : XR UK's The Big One, South America's 'Earth in Rebellion', US Bank Takeover, Berlin Spring Rebellion.
  • Action Round-up: Ouganda, Italie, Kenya, Pays-Bas, Royaume-Uni, Australie, États-Unis, France, Danemark, Zimbabwe.

Temps Forts de l'Action

"The Big One" : l'Alliance élargie mise sur la touche

21 - 24 AVRIL | Londres, UK

Il y a eu des marches si grandes qu'il fallait faire la queue pour les rejoindre. Il y a eu des discours émouvants, des ensembles musicaux étoilés, des piquets de grève devant les bâtiments gouvernementaux et des assemblées populaires utilisant des logiciels intelligents pour permettre aux idées d'être téléchargées et évaluées.

Mais il manquait un ingrédient clé à cette rébellion dans la ville où la rébellion a commencé. Il s'agit de la perturbation. Il s'agirait plutôt d'une rébellion à laquelle toute personne concernée par la crise climatique pourrait participer sans craindre d'être arrêtée, et dont le nombre suffirait à forcer le gouvernement à dialoguer. Ce serait The Big One.

Pendant quatre jours, Westminster est devenu un lieu de créativité, de solidarité et de rassemblement public.

Un avantage direct de cet assouplissement tactique a été le soutien sans précédent de plus de 200 groupes écologistes et de justice sociale, les stands de nombre d'entre eux bordant le tronçon de route à l'extérieur du Parlement qui a accueilli la rébellion de quatre jours.

Il n'y avait pas non plus de police. Finies les colonnades d'officiers de police renfrognés, débarquant au hasard pour arrêter quelqu'un ou saisir un système de haut-parleurs. Désormais, une petite armée de stewards rebelles et souriants veillait à ce que les trottoirs soient dégagés, que les horaires soient respectés et que les perturbations soient réduites au minimum.

Mais cette époque plus aimante et moins enragée avait aussi ses problèmes. Après avoir fait grand cas de la façon dont la rébellion allait ruiner le marathon de Londres voisin (ce qui n'a pas été le cas), les médias britanniques ont pratiquement ignoré The Big One, tout comme le gouvernement. Les rebelles et autres activistes se sont peut-être massés devant la porte du Parlement, mais le nombre requis pour ouvrir cette porte n'a manifestement pas été atteint.

Un réfugié algérien parle de son voyage éprouvant au Royaume-Uni et explique que la recherche du bonheur devrait être un droit de l'homme.

Cela ne veut pas dire que les chiffres de fréquentation ont été mauvais. Au moins 60 000 personnes ont participé à la marche en faveur de la biodiversité organisée à l'occasion de la Journée de la Terre à Westminster, et l'objectif de 100 000 participants que s'était fixé XR UK pour les quatre jours de la manifestation a certainement été atteint.

La nouvelle alliance du Big One a également apporté de nouveaux visages et enrichi les actions, comme le rassemblement devant le ministère de l'Intérieur où un demandeur d'asile algérien a parlé avec émotion de son périlleux voyage à travers la Manche avant que les rebelles ne lancent des milliers de petits bateaux en papier rose en solidarité avec les migrants du monde entier.

L'approche à bras ouverts de XR UK et l'alliance militante étonnante qui en a résulté doivent être célébrées. Mais pour qu'un futur Big One remette en cause ce système, il faudra qu'il soit beaucoup plus grand, ou beaucoup plus perturbateur, ou (d'une manière ou d'une autre) les deux à la fois.

Les scientifiques des rebelles décrivent le dilemme tactique auquel est confrontée la XR UK.

L'assemblée populaire finale de la rébellion a montré que la grande majorité souhaite revenir aux actions perturbatrices, malgré les nouvelles lois sur les manifestations draconiennes du Royaume-Uni. Il reste à voir si cela peut diminuer ou raviver l'alliance militante naissante.

XR est depuis longtemps un espace où les actions familiales et la désobéissance civile épicée peuvent coexister pacifiquement, chacune enrichissant le mouvement à sa manière. L'espoir est que XR UK puisse maintenant s'appuyer sur les alliances forgées lors de The Big One, et s'assurer que The Next One trouve ce point de rencontre entre l'agréable et l'épicé, entre le grand et l'attirant, et que les personnes au pouvoir soient si agitées qu'elles ouvrent réellement cette porte.

Dites à XR UK ce que vous pensez qu'il devrait se passer ensuite.


Journée de la Terre en Amérique du Sud !

21 - 26 AVRIL | Amérique du Sud

La police militaire arrête un spectacle de rebelles sur l'exploitation de l'uranium devant le siège du gouvernement de l'État. Photo : barbarafreitxs

La rébellion a déferlé sur l'Amérique du Sud à l'occasion de la Journée de la Terre. Après des siècles d'extractivisme incontrôlé, 23 groupes XR, dont des rebelles en Argentine, en Bolivie, au Brésil, en Colombie, au Chili, en Équateur, au Mexique, au Pérou et au Venezuela, se sont unis sous la bannière "Terre en rébellion" (Tierras en Rebeldía) pour dire aux gouvernements et aux entreprises qu'ils en ont assez.

Au Brésil, des rebelles ont rejoint les militants de Greenpeace pour une manifestation radioactive devant le siège du gouvernement de l'État de Ceará. Un rebelle couvert de brûlures était allongé devant des personnages masqués par des masques à gaz, avertissant de la catastrophe qui s'annonce si l'exploitation de l'uranium est autorisée à continuer de contaminer la région.

La police militaire a certainement eu peur, obligeant les activistes à quitter le trottoir au motif qu'ils violaient le périmètre de sécurité du bâtiment, puis menaçant d'appeler la police anti-émeute lourdement armée s'ils ne quittaient pas les lieux.

Les rebelles de Bogota dansent comme des abeilles, se rassemblent dans les rues et peignent une fresque.

En Colombie, XR Bogotá a mis l'accent sur la perte de biodiversité dans les zones humides et les forêts locales en organisant une danse aérienne en soie inspirée des abeilles qui comprenait un message spécial de Mère Nature. Après un rassemblement et une conférence de rue donnée par un professeur local, l'action s'est terminée par des rebelles qui ont peint ensemble sur le macadam une fresque complexe symbolisant le message du jour : Le temps presse ; transition ou extinction.

Les rebelles ont protesté contre l'expansion d'une énorme mine de cuivre d'Anglo American dans le centre du Chili, qui menace la santé et la sécurité de l'eau pour toute la vie dans les régions de Valparaíso et de Santiago. XR Santiago a manifesté devant le parlement qui a récemment approuvé l'expansion de la mine et a appelé le ministre de l'environnement à démissionner.

En Argentine, les rebelles ont partagé leurs craintes concernant la crise climatique sur la Plaza del Mayo à Buenos Aires, collé des affiches pendant la nuit à La Plata et organisé des festivals en plein air à Missiones et à Gbaoeste.

Collage d'affiches à La Plata, Argentine. Rassemblement contre la déforestation à La Paz, Bolivie.

Une coalition d'activistes, dont des rebelles, s'est massée à l'entrée du parc de Chapultepec, à Mexico, pour condamner l'inaction politique face à l'urgence climatique et les entreprises écocides comme PEMEX, la compagnie pétrolière d'État. Avant une performance des rebelles où des 'animaux' ont été aspergés de 'pétrole' PEMEX', une minute de silence a été observée pour tous les activistes emprisonnés et assassinés dans la région.

Malgré le caractère pacifique et l'attrait de ces actions, l'activisme environnemental en Amérique du Sud est très dangereux : rien qu'en Colombie, 65 défenseurs de l'environnement ont été tués en 2020. Malgré les risques pour leur vie, les rebelles d'Amérique du Sud parviennent à s'opposer aux entreprises écocides et à leurs gouvernements négligents à une échelle de plus en plus grande.


Réveil brutal pour les banques américaines les plus polluantes

24 AVRIL - 3 MAI | NYC, San Francisco, Charlotte, Washington DC, USA

Des rebelles peignent au pistolet les vitres de la banque Wells Fargo, à New York.

Lors d'une manifestation bruyante de plusieurs jours couvrant la "Journée de la Terre" jusqu'au "Premier Mai" (et au-delà), des centaines de militants pour le climat, jeunes et moins jeunes, se sont rassemblés devant trois grandes banques américaines pour exiger la fin de leur financement scandaleux de l'industrie des combustibles fossiles.

Les 60 plus grandes banques du monde ont versé 5,5 billions de dollars dans des projets de combustibles fossiles au cours des sept années qui ont suivi l'accord de Paris, et trois des pires - Citibank, Wells Fargo et Bank of America - sont basées aux États-Unis.

À elles trois, ces banques ont investi 932 milliards de dollars dans le charbon, le pétrole et le gaz depuis 2016, et près de 110 milliards de dollars pour la seule année dernière. Choisissant des dates qui coïncidaient avec leurs AGA, des rebelles et d'autres activistes de New York, San Francisco et Charlotte, Caroline du Nord se sont rendus au siège des banques pour causer autant de perturbations que possible.

Une coalition rebelle se forme devant la Citibank à Manhattan, New York City

À New York, une coalition comprenant XR NYC, New York Communities for Change, Rise & Resist, Climate Organizing Hub et Sunrise Movement a occupé pendant deux jours la place devant le siège de Citi à Manhattan. Ils ont joué du tambour et dansé, organisé des discussions et des séminaires, aspergé les fenêtres de la banque de la demande urgente "NO NEW OIL", et dormi sur le béton froid avec seulement des sacs de couchage.

Pendant ce temps, à Charlotte, en Caroline du Nord, des militants de Green Faith, Rainforest Action Network, Third Act, et Scientist Rebellion ont encerclé le siège de Bank of America, et à San Francisco, des rebelles et des militants de Stop the Money Pipeline ont bloqué le bureau principal de Wells Fargo, orchestrant un impressionnant lâcher de bannières au-dessus de l'entrée.

Des manifestants devant une banderole déposée devant le siège de Wells Fargo à San Francisco

Au cours des deux jours suivants, Reclaim Our Tomorrow a ciblé les sociétés d'investissement soutenant les combustibles fossiles, KKR et BlackRock, dans le quartier new-yorkais de Hudson Yards. Lorsque 75 manifestants munis de fourches et de fausse huile ont tenté de bloquer l'entrée de BlackRock, la sécurité privée et la police ont réagi violemment, plaquant les militants au sol et en arrêtant 11.

Pour terminer la semaine, des centaines d'autres rebelles - dont des membres de Scientist Rebellion et du groupe de premiers secours Guardian Rebellion - ont fait beaucoup de bruit devant le dîner des correspondants de la Maison Blanche à Washington, D.C. Enfin, neuf rebelles se sont enfermés dans une rue près du Met Gala à New York, bloquant un véhicule transportant des célébrités pour se rendre à l'événement.

Onze autres manifestants ont été arrêtés à New York pour avoir peint au pistolet Citibank, ainsi que des succursales de Bank of America et de Wells Fargo. XR NYC veille à ce qu'ils bénéficient tous d'un soutien et d'une représentation juridique dans l'attente de leur comparution devant le tribunal.


Berlin ne paiera pas pour les super-riches

12 - 17 AVRIL | Berlin, Allemagne

Bannière : "Proclamons l'état d'urgence pour la biodiversité !" Photo : Jana Legler

Un millier de rebelles ont transformé une semaine pluvieuse à Berlin en une semaine d'action réconfortante ! Ils se sont mobilisés dans toute la capitale pour demander à leur gouvernement de déclarer une situation d'urgence en matière de biodiversité et de convoquer une assemblée citoyenne pour lutter contre la crise climatique.

La rébellion a commencé par l'installation d'un camp de base dans un parc du centre de Berlin, offrant aux rebelles de la nourriture gratuite, des ateliers, de la musique et un soutien pour la semaine à venir. Plusieurs formations et conférences ont été organisées par des activistes du Sud, et l'objectif général du camp était de promouvoir la lutte contre le racisme et l'action inclusive.

Le lendemain, une grande manifestation s'est rendue du parc à la porte de Brandebourg. La marche a été l'occasion d'une célébration ironique des super-riches et de leur profit continu aux dépens de tous les autres habitants de la planète. Tandis que les célèbres "milliardaires" préparaient leur fusée pour la planète B, les dinosaures de l'industrie des combustibles fossiles faisaient la fête.

A gauche : une bannière géante est lâchée d'un hôtel de luxe de Berlin. À droite : Des milliardaires se préparent à monter à bord de leur fusée si exclusive. Photos : Alex & Eike

Les émissions de carbone des 1 % les plus riches représentent plus du double des émissions de la moitié la plus pauvre de l'humanité. Pour mettre fin à la fête des milliardaires, les rebelles ont donc déposé une bannière massive sur le côté d'un hôtel super exclusif, indiquant clairement que nous ne pouvons plus nous permettre d'avoir des super-riches !

Les activistes de Scientist Rebellion et de Last Generation ont également barbouillé les bâtiments d'une douzaine d'entreprises, de groupes de pression et de partis politiques qui continuent d'aggraver la destruction de l'environnement. Cette deuxième journée de rébellion a fait l'objet d'une importante couverture médiatique et, compte tenu de l'absence totale de mesures climatiques de la part du gouvernement, le public allemand soutient de plus en plus ce type de manifestations.

A gauche : les tambours XR donnent le rythme de la marche. A droite : Les rebelles aux seins nus manifestent sur l'île aux musées. Photos : Jennifer von der Heydt & Eike

Après ce départ fantastique, la rébellion ne s'est pas relâchée. Animal Rebellion a organisé une grande manifestation contre l'agriculture animale industrielle, ainsi qu'un flash mob à la gare centrale de la ville, pour alerter les voyageurs sur la nécessité de mettre en place un programme immédiat de protection des espèces si nous voulons sauver nos écosystèmes.

La semaine s'est achevée par plusieurs marches et manifestations axées sur la crise de la biodiversité, ainsi que par des actions plus petites et plus ciblées, comme celle où une rivière a été teinte en vert devant le siège du géant de l'agrochimie Bayer, ou celle où des rebelles ont confronté les visiteurs du musée à la vérité toute nue : il n'y a pas d'art sur une planète morte !

Grâce à l'absence d'interventions policières majeures, à une bonne couverture médiatique et à une participation exceptionnelle, la rébellion printanière de Berlin a été un grand succès. Tout au long de la semaine, beaucoup d'argent a été récolté, et un cinquième des dons sera reversé à des groupes rebelles du Sud.


Tour d'horizon

10 - 16 AVRIL | Global: Alors que les délégués arrivaient pour la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale à Washington, les rebelles ont rejoint les activistes de Debt For Climate pour se rassembler à l'extérieur. Des actions de solidarité ont été organisées dans le monde entier, y compris en Ouganda (photo).

14 AVRIL | Italie: Des actions rebelles ont été organisées à Rome, Milan et Bologne pour souligner le fait que la RAI, le radiodiffuseur public italien, ne parvient pas à rendre compte honnêtement de la gravité de la crise climatique. Des banderoles ont été accrochées et des sit-in ont été organisés devant trois des principaux bureaux de la RAI.

14 AVRIL | Nairobi, Kenya: Des activistes de la Fondation Polly organisent une journée d'éco-éducation à l'école qui se termine par la plantation d'arbres.

17 AVRIL | Sheffield, Royaume-Uni: Une table des championnats du monde de snooker est aspergée de colorant en poudre par un activiste de Just Stop Oil. Aucun dégât n'est à déplorer. Quelques jours plus tard, deux militants de Just Stop Oil ont été condamnés à 3 ans de prison pour avoir escaladé un pont à Londres, la plus longue peine jamais prononcée pour une action pacifique en faveur du climat dans l'histoire du Royaume-Uni.

20 AVRIL | Amsterdam, Pays-Bas: Victoire ! Après une campagne soutenue de Scientist Rebellion, l'Université Vrije devient la deuxième au monde à couper ses liens avec l'industrie des combustibles fossiles (la première étant Princeton aux Etats-Unis). Faites en sorte que votre université soit la troisième !

21 AVRIL | Melbourne, Australie: Une douzaine de rebelles ont planté leurs tentes pop-up dans le foyer du siège d'Exxon Mobil. Une rébellion "Occupy For Climate" aura lieu dans la ville du 25 au 27 mai. Engagez-vous à y aller ici. Photo : D Judd

21 AVRIL | Boston, USA: Des centaines de personnes se sont rassemblées devant le Massachusetts State House pour un Earth Day rally and die-in organisé par XR Boston. Des membres de dix autres groupes écologiques et sociaux locaux, ainsi que des membres du public, étaient également présents. Photo : Lita XuLing Kelley

22 AVRIL | Toulouse, France: XR Toulouse s'est joint à Earth's Uprisings et à d'autres groupes pour organiser une manifestation de 8 000 personnes contre la construction d'une nouvelle autoroute. Les activistes ont même construit un véritable mur en travers du tracé, qui élargira les routes existantes entre Toulouse et Castres et dévastera l'environnement local.

28 AVRIL | Copenhague, Danemark: Dans le cadre de la manifestation Befri Jorden - Libérez la Terre - les rebelles transforment la rue devant le parlement danois en un jardin géant. Le blocus était si important que la police n'a pas pu arrêter tout le monde, bien qu'elle ait réussi à en arrêter plus de 300 ! Les rebelles résistants prévoient de revenir le 12 mai.

5 MAI | Mutare, Zimbabwe : Les rebelles ont nettoyé la Fern Valley, encourageant les habitants à se joindre à eux pour prendre soin de leur environnement.

Il y a eu tellement d'actions ce mois-ci que nous n'avons pas pu toutes les faire figurer dans une seule lettre d'information. Découvrez les actions menées au Sri Lanka, en Serbie, en Suède, en Norvège, au Rwanda et dans d'autres pays encore en lisant la newsletter XTRA : un régal pour les yeux et un supplément d'énergie pour l'âme !

Lire la newsletter XTRA


Merci

Les animaux ont également participé à la marche pour la biodiversité "The Big One". Photo : Andrea Domeniconi

Merci d'avoir pris le temps de nous lire chers rebelles ! Si vous avez requêtes ou questions, n'hésitez pas à nous en faire part en nous écrivant à xr-newsletter@protonmail.com.


Souscrivez à la lettre d'information de XR Global.

Pour les événements internationaux, formations, & opportunités, faites un tour du côté des événements XR Global Support.

Où que vous soyez, vous pouvez vous impliquer ! Vous pouvez consulter notre site pour en apprendre plus sur XR, et vous mettre en contact avec des rebelles près de chez vous.

La lettre d'information de XR Global vous est présentée par XR Global Support, un réseau mondial de rebelles qui aident notre mouvement à se développer. Nous avons besoin d'argent pour poursuivre ce travail crucial.

Donnez selon vos moyens


À propos de la rébellion

extinction rebellion est un mouvement international, décentralisé, autonome, et apartisan, ayant recours à l’action directe non-violente pour faire pression sur les gouvernements, afin qu’ils prennent enfin les mesures radicales nécessaires pour faire face à l’urgence écologique et climatique. Notre mouvement est composé de toutes sortes de personnes aux profils variés, qui participent selon leurs capacités et disponibilités. Il y a des chances pour qu'il y ait un groupe local près de chez vous, qui serait ravi que vous vous fassiez connaître ! S'impliquer …ou vous pouvez aussi faire un don.